sources : les numeriques et hoaxbuster

Dans les périodes troubles, alors que nous sommes noyés sous l'information, il faut rester vigilant face aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux ou par SMS. Voici quelques règles à suivre pour identifier canulars et fake news.

20200414articlehoaxfakenews01Peut-être avez-vous récemment reçu, par SMS ou WhatsApp, cette information alarmante concernant une vidéo qui déclencherait l'effacement complet de votre smartphone à l'ouverture.

Un Hoax reçu pendant la période de confinement en France.

Un message qui a rapidement circulé (de nombreuses personnes de mon entourage m'ont fait suivre cette information) en créant un phénomène de panique dont on se passerait volontiers en ce moment. Pire, en demandant de prévenir immédiatement vos proches, ce type d'alerte peut également créer des saturations des réseaux et des canaux d'information.

Alors, faut-il avoir peur de la vidéo "Dance of the Dad" ? En cherchant un peu sur Internet, et notamment dans les colonnes des quotidiens nationaux qui disposent d'équipes dédiées à la vérification des informations, il est facile d'apprendre que ce malware n'existe pas et qu'aucune radio n'a relayé cet avertissement.

Quelques règles à suivre pour débusquer la fausse information

Soyons vigilants et suspicieux, et comme le souligne le site de vérification d'information (fact checking) du Monde, il faut partir du principe qu'une information transmise par un inconnu sur Internet ou les réseaux sociaux est globalement plus fausse que vraie. À partir de ce postulat, il est temps de revêtir votre tenue de fin limier.

Une première analyse

Dans un premier temps, il convient d'étudier la construction de l'information. Celle-ci est-elle précise et donne-t-elle des noms de personnes, des lieux exacts et des dates ? Toutes ces précisions peuvent permettre de vérifier la véracité du message. Dans notre exemple, l'auteur ne précise pas sur quelle radio la prévention est effectuée. On tiendra également compte de la qualité de rédaction et des éventuelles erreurs grammaticales.

La source d'information

Il faut ensuite se poser la question sur l'auteur de l'information. La source est-elle facilement identifiable, est-elle officielle comme le gouvernement ou la gendarmerie ? Ces organismes communiquent également sur les propres canaux de diffusion, et il est donc facile de recouper l'information. Dans tous les cas, il faut privilégier les canaux d'information des grands médias nationaux ou internationaux.

Souvent, les messages apparaissent sur les réseaux sociaux et l'origine exacte est parfois difficile à déterminer. Sur Twitter ou sur Facebook, vérifiez bien que les comptes à l'origine de l'information sont bien officiels. Les comptes vérifiés sont estampillés d'un petit "v" (coche) bleu. Ces deux réseaux sociaux travaillent d'ailleurs sur des solutions techniques pour identifier rapidement les fausses informations et autres intox. Ainsi les tweets de personnalités jugés faux pourraient être marqués en orange dans les prochains mois.

Le compte officiel des Numériques est symbolisé par le petit "v" bleu.

Chasseurs d'intox

Les quotidiens nationaux disposent parfois d'une cellule de lutte contre la désinformation et nous citerons par exemple Les Décodeurs du Monde, l'équipe de CheckNews de Libération ou Les Observateurs de France 24. Leur travail ? Traquer les fake news et répondre à vos questions. Une source d'information fiable qui permettra de faire taire les rumeurs.

Pour faciliter votre travail d'enquêteur, il existe également plusieurs sites dédiés à la traque des fausses informations et canulars informatiques. On citera par exemple www.hoaxbuster.com ou Signal Arnaques. Ces plateformes collaboratives sont constamment aux aguets pour dénicher les fausses informations. N'hésitez donc pas à les consulter avant de relayer une information. Notez que Signal Arnaque dispose d'un outil pour évaluer la confiance d'une "identité numérique" (adresse mail ou site Internet : ScamDoc. Un autre outil s'avérera utile dans votre quête de vérité : Décodex. Le service du Monde permet également de vérifier la fiabilité des sources d'information.

Photo retouchée, vidéo "deepfake"

Pour étayer un fait, aussi faux soit-il, rien de mieux qu'une photo ou une vidéo. Dans ce domaine, les détournements d'images et de vidéos sont légion et de mieux en mieux réalisés. Il est parfois difficile de différencier une véritable photo d'un photomontage à l'œil. Vous pouvez toutefois vous assurer que la photo n'a pas déjà été utilisée dans d'autres informations grâce à l'outil de recherche d'image de Google. Vous pouvez aussi utiliser le site Tineye.com pour identifier des images déjà utilisées. Si vous avez un peu plus de temps, n'hésitez pas à consulter certains services en ligne qui tentent de déterminer si une image a été retouchée comme Fotoforensics ou Forensically avec plus ou moins de réussite.

En vidéo, les deepfakes sont de plus en plus impressionnants de réalisme et à l'origine de fausses informations. Ces techniques de manipulation d'images à l'aide d'intelligence artificielle permettent de détourner le discours d'un homme politique ou d'un personnage public de manière tout à fait crédible. Là encore, nos yeux ne suffisent généralement plus à débusquer la tromperie et il faut compter, de manière paradoxale, sur d'autres intelligences artificielles pour mettre en évidence la supercherie…

sources : les numeriques et hoaxbuster

Dans les périodes troubles, alors que nous sommes noyés sous l'information, il faut rester vigilant face aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux ou par SMS. Voici quelques règles à suivre pour identifier canulars et fake news.

20200414articlehoaxfakenews01Peut-être avez-vous récemment reçu, par SMS ou WhatsApp, cette information alarmante concernant une vidéo qui déclencherait l'effacement complet de votre smartphone à l'ouverture.

Un Hoax reçu pendant la période de confinement en France.

Un message qui a rapidement circulé (de nombreuses personnes de mon entourage m'ont fait suivre cette information) en créant un phénomène de panique dont on se passerait volontiers en ce moment. Pire, en demandant de prévenir immédiatement vos proches, ce type d'alerte peut également créer des saturations des réseaux et des canaux d'information.

Alors, faut-il avoir peur de la vidéo "Dance of the Dad" ? En cherchant un peu sur Internet, et notamment dans les colonnes des quotidiens nationaux qui disposent d'équipes dédiées à la vérification des informations, il est facile d'apprendre que ce malware n'existe pas et qu'aucune radio n'a relayé cet avertissement.

Quelques règles à suivre pour débusquer la fausse information

Soyons vigilants et suspicieux, et comme le souligne le site de vérification d'information (fact checking) du Monde, il faut partir du principe qu'une information transmise par un inconnu sur Internet ou les réseaux sociaux est globalement plus fausse que vraie. À partir de ce postulat, il est temps de revêtir votre tenue de fin limier.

Une première analyse

Dans un premier temps, il convient d'étudier la construction de l'information. Celle-ci est-elle précise et donne-t-elle des noms de personnes, des lieux exacts et des dates ? Toutes ces précisions peuvent permettre de vérifier la véracité du message. Dans notre exemple, l'auteur ne précise pas sur quelle radio la prévention est effectuée. On tiendra également compte de la qualité de rédaction et des éventuelles erreurs grammaticales.

La source d'information

Il faut ensuite se poser la question sur l'auteur de l'information. La source est-elle facilement identifiable, est-elle officielle comme le gouvernement ou la gendarmerie ? Ces organismes communiquent également sur les propres canaux de diffusion, et il est donc facile de recouper l'information. Dans tous les cas, il faut privilégier les canaux d'information des grands médias nationaux ou internationaux.

Souvent, les messages apparaissent sur les réseaux sociaux et l'origine exacte est parfois difficile à déterminer. Sur Twitter ou sur Facebook, vérifiez bien que les comptes à l'origine de l'information sont bien officiels. Les comptes vérifiés sont estampillés d'un petit "v" (coche) bleu. Ces deux réseaux sociaux travaillent d'ailleurs sur des solutions techniques pour identifier rapidement les fausses informations et autres intox. Ainsi les tweets de personnalités jugés faux pourraient être marqués en orange dans les prochains mois.

Le compte officiel des Numériques est symbolisé par le petit "v" bleu.

Chasseurs d'intox

Les quotidiens nationaux disposent parfois d'une cellule de lutte contre la désinformation et nous citerons par exemple Les Décodeurs du Monde, l'équipe de CheckNews de Libération ou Les Observateurs de France 24. Leur travail ? Traquer les fake news et répondre à vos questions. Une source d'information fiable qui permettra de faire taire les rumeurs.

Pour faciliter votre travail d'enquêteur, il existe également plusieurs sites dédiés à la traque des fausses informations et canulars informatiques. On citera par exemple www.hoaxbuster.com ou Signal Arnaques. Ces plateformes collaboratives sont constamment aux aguets pour dénicher les fausses informations. N'hésitez donc pas à les consulter avant de relayer une information. Notez que Signal Arnaque dispose d'un outil pour évaluer la confiance d'une "identité numérique" (adresse mail ou site Internet : ScamDoc. Un autre outil s'avérera utile dans votre quête de vérité : Décodex. Le service du Monde permet également de vérifier la fiabilité des sources d'information.

Photo retouchée, vidéo "deepfake"

Pour étayer un fait, aussi faux soit-il, rien de mieux qu'une photo ou une vidéo. Dans ce domaine, les détournements d'images et de vidéos sont légion et de mieux en mieux réalisés. Il est parfois difficile de différencier une véritable photo d'un photomontage à l'œil. Vous pouvez toutefois vous assurer que la photo n'a pas déjà été utilisée dans d'autres informations grâce à l'outil de recherche d'image de Google. Vous pouvez aussi utiliser le site Tineye.com pour identifier des images déjà utilisées. Si vous avez un peu plus de temps, n'hésitez pas à consulter certains services en ligne qui tentent de déterminer si une image a été retouchée comme Fotoforensics ou Forensically avec plus ou moins de réussite.

En vidéo, les deepfakes sont de plus en plus impressionnants de réalisme et à l'origine de fausses informations. Ces techniques de manipulation d'images à l'aide d'intelligence artificielle permettent de détourner le discours d'un homme politique ou d'un personnage public de manière tout à fait crédible. Là encore, nos yeux ne suffisent généralement plus à débusquer la tromperie et il faut compter, de manière paradoxale, sur d'autres intelligences artificielles pour mettre en évidence la supercherie…

Plus...

 Vous avez dit Fake news ?

On utilise l'expression un peu à tort et à travers pour signifier fausses informations, rumeurs, complots ou mensonges purs et simples ! A l'heure de la guerre de l'information sur les réseaux sociaux, prenons 3 minutes pour faire le point sur les Fake news !

copyright : DÉCOD'ACTU

 

C'est quoi les fake news ? - 1 jour, 1 question

C'est quoi les fake news ? - 1 jour, 1 question propose de répondre chaque jour à une question d'enfant, en une minute et trente secondes. Le commentaire explicatif est toujours drôle, le dessin est léger et espiègle. L'intention est d'aider l'enfant à construire son propre raisonnement et à obtenir les clés qui lui permettront de se forger sa propre opinion.

 copyright : 1 jour, 1 question

 

Entretien avec le co-fondateur d'Hoaxbuster : Guillaume Brossard

Guillaume Brossard est le co-fondateur du site hoaxbuster.com. Avec lui, nous avons parlé d'esprit critique et de hoax. Mais au fait, c'est quoi un hoax ? Réponse dans cette vidéo ;) Cet entretien s'est déroule au mois de novembre 2017, dans le cadre d'une conférence débat sur la rumeur à Villers-lès-Nancy

 copyright : Webdoc Labomédia

 

Deepfake : voir, c’est croire ? | Pause Process & Scilabus | Le Vortex #6

 

 copyright : Le Vortex

 

 

Enquête | Deepfake : le vrai du faux

La technologie numérique et des algorithmes performants permettent maintenant de créer rapidement et facilement des imitations réalistes du visage et de la voix. C’est ce qu’on appelle les deepfakes. Une entreprise de Los Angeles nous montre comment on est capable de créer une image animée à partir de photos trouvées sur le Web. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, réagit à son deepfake. En parallèle, des entreprises créent des logiciels de détection de faux messages. Quels sont les dangers de cette nouvelle technologie pour la sécurité nationale, de même que pour notre sécurité personnelle?

 

copyright : Radio-Canada Info

 

Les deepfakes expliqués aux enfants

C'est quoi un deepfake ? Pourquoi il faut s'en méfier ? On vous explique tout sur ces vidéos truquées qui sont de plus en plus populaires.

copyright : Inès de Rousiers

 

ressources e-media

 

C'est quoi, les fake news ?

Livre numérique

Collectif d'auteurs, . Auteur | LABOUCARIE, SANDRA. Auteur

Edité par Editions Milan - 2019

Accéder à cette ressource

 

Guerre de l'info : au coeur de la machine russe

Document vidéo

Moreira, Paul (Réalisateur)

Source : Arte Médiathèque Numérique

Accéder à cette ressource

 

Les Nouveaux mercenaires russes

Document vidéo

Huver, Etienne (Réalisateur) | Seger, Felix (Réalisateur)

Source : Arte Médiathèque Numérique

Accéder à cette ressource