Un souvenir de la Folle Journée 2020, consacrée à Beethoven (né en 1770), que j'ai envie de partager.
Parmi les quelques concerts que j'ai pu écouter et voir, je retiens celui donné par Astrig Siranossian et Nathanaël Gouin : les sonates pour violoncelle et piano n° 3 et n° 5. L'une étonnante, pleine de vivacité, mélodique, superbe ; la seconde plus complexe, condensé de l'art de composition de Beethoven.
Et par deux artistes que j'ai pris grand plaisir à voir jouer, tellement ils vivent la musique.
Pour les découvrir :

Astrig Siranossian

Nathanaël Gouin